Sans la musique, la vie serait une erreur. (F. Nietzsche)


dimanche 7 juin 2020

Outlaws : Ludivine Issambourg est de retour !


Savez-vous pourquoi l’entreprise SpaceX a envoyé deux astronautes dans l’espace ? : Pour aller chercher Ludivine Issambourg !
Mais heureusement pour nous elle était déjà revenue sur terre pour nous livrer son dernier album « Outlaws »
Je vous parlais sur ce blog en Août dernier d’une flûtiste extraterrestre rencontrée à JazzAlbertville, au vue de la pochette, je ne croyais pas si bien dire.
Je guettais cet album avec attention, car l’extraterrestre m’avait excité les neurones en me parlant alors de son projet avec Éric Legnini et Stéphane Huchard (excusez du peu). Puis le confinement est arrivé, j’ai baissé la garde.
Enfin il est bien là cet album Outlaws, Tribute au flûtiste américain Hubert Laws, d’où le titre de l’album ( jeu de mots comme aurait dit Maître Capello).
Cà groove comme on pouvait s’y attendre avec Éric Legnini (il est malin celui là de l’avoir trouvée) les belles envolées de Ludivine sont de véritables rampes de lancement à ce groove gai, printanier qui vous déconfine un homme en 43 minutes et 34 secondes. La basse de Julien Herné (entendu aux cotés de Vincent Peirani sur Living Being ) est tout simplement exceptionnelle d’efficacité. Cet instrument de l’ombre que l’on entend parfois que lorsqu’il se tait. Suivez ces lignes de basse sur « undecided » , « Guatemala Connection » ou « I had a dream » (peut-être mon titre préféré), pour ce voyage sidéral.
Un rêve se dessine, revoir Ludivine sur scène bien vite (?) avec cet équipage, le pied !


En attendant... l’album se termine avec « What do you think of this world ? » moi je sais, je monte dans sa soucoupe volante.


JC JazzBof

samedi 23 mai 2020

La série The Eddy : Pourquoi tant de haine ?

Une chronique sur une série : c'est une première!
je crois que je ne l'aurais pas écrit si je n'avais lu et entendu autant de mauvaises critiques chargées  d'agressivité. Pourquoi tant de haine?

Si tu n'aimes pas le jazz passe ton chemin  les plateformes de streaming débordent de bonnes séries, et de moins bonnes aussi. 
Ici le plaisir vient du fait d'être au cœur de ce groupe de jazz en action grâce à une caméra mobile intrusive!

En période de disette de concert, se retrouver grâce à Damien Chazelle (Whiplash, La La Land) cet amoureux du jazz,  à côtoyer de près, de très prés,  les musicos en répétition ou pendant un set que c'est bon !

OK tout le monde se fout de l'intrigue pseudo policière même le metteur en scène l'a complètement abandonnée en rase campagne et n’essaie même pas de la récupérer à la fin.

C'est tout le reste qui est intéressant les petites histoires dans l'histoire, les relations entre les personnages, l'ambiance... et le jazz partout pour accompagner les moments festifs ou pour supporter les drames.
On écoute les morceaux dans leur longueur, même les séquences improvisations sont captées au plus près de l'endroit ou elles naissent.

OK un tel club n'existe pas à Paris, même le groupe a été monté pour l'occasion ... mais les musicos sont authentiques et le cinéma est là pour les magnifier !

Oui le jazz est ici fantasmé mais pourquoi pas!  nous le retrouverons bien vite je l'espère dans les vrais clubs mais en attendant vous pouvez allez au "The Eddy" sur Netflix    

JazzMarc

Damian Nueva (Basse), Lada Obradovic ( Batterie), Ludovic Louis ( Trompette),  Randy Kerber ( Piano ) Joanna Kulig ( Actrice et chanteuse) ,Glen Ballard et Randy Kerber ( Compositions)





dimanche 10 mai 2020

Playlist du Confiné N°2: Des N°2 du Rock et du Jazz

C'est un hasard mais il se trouve que les 2 albums que j'écoute beaucoup en ce moment sont  des N° 2 dans des formations de premier plan.

 

Edward John O'Brien  dit Ed O'brien guitariste britannique qui sévit aux côtés de Thom Yorke au sein du groupe Radiohead vient de sortir un album flamboyant qui fait mouche.
Du rock oui du bon, un peu celui de Radiohead, mais aussi celui des Red Hot, de Dépeche mode ou des Flamants roses.


"Shangri_La" ouvre l'album et donne le ton, ça pourrait être Thom Yorke qui chante, et on sent la touche du deuxième de cordée.


L'album est bien équilibré et bon tout le temps mais le morceau qui fait boum c'est "Olympik", ça commence comme un morceau assez convenu lais laissez le aller; donner lui au moins ça chance au delà des 3 premières minutes quand la rhythmique de la guitare vous emporte.









Le deuxième N°2 c'est Magnus Ostrom le magnifique batteur de feu le groupe EST  Esbjörn Svensson  Trio. Il s'agit d'un disque qu'il a sorti en 2011" Thread of life " que j'avais, je ne sais pour quelle raison snobé à cette époque.
C'est une proposition de Deezer dans une écoute aléatoire qui m'a fait tendre l'oreille j'ai alors découvert cet album magnifique.
Alternance de morceaux musclés et de ballades:  tout tout est bon.

C'est bon de retrouver cette pulsation d'urgence, cet univers hybride entre rock et jazz.

J'aime tout dans cet album sauf la pochette, c'est peut être pour ça que je ne l'avais pas écouté avant,
elle est trop sombre, elle suggère la force brut alors que j'entends plutôt un voyage poétique
"Piano Break Song" est un morceau puissant entêtant flamboyant, j'y vois l'évocation d'un des meilleur pianiste du jazz aujourd'hui disparu :   Esbjörn Svensson        


JazzMarConfiné

dimanche 19 avril 2020

Un paradis perdu




Ce matin la radio m'annonce une mort qui me touche, même si ce n'est pas celle d'un parent ou d'un ami. Encore qu'un musicien soit dans votre inconscient un véritable ami, même si vous ne l'avez jamais rencontré directement, ni même vu sur une scène.

 Christophe était de ces inventeurs d'univers qui vous attirait dans son monde. Chez Christophe, les mots étaient bleus (chanson éponyme),les vestes de soie rose ("Les paradis perdus"),les smokings blanc-cassé ("La Dolce Vita") et les coeurs verts ("Un peu menteur").
Chez Christophe, il y avait des juke boxes, des flippers, des bars ouverts, une petite fille du troisième et une petite fille du soleil, une seniorita aussi.
Mais chez Christophe, il y avait aussi des jours ou rien ne va.Souvenez-vous ...

  " Il existe des jours comme ça
   On voudrait mieux rester dans les draps
   Bien calé dans la tiédeur,
   Comme dans le ventre de sa mère
   En attendant que s'éteignent Les jours où rien ne va" 


François Jazzbôf
------------------------------------------------------------------------------




Le dernier frisson que m'a procuré Christophe c'est cette reprise de "La man" dans son dernier album "Christophe Etc."; album testament donc où il a revisité quelques uns de ces morceaux en duo ici avec la chanteuse libanaise Yasmine Hamdan.
Il creuse et creuse encore son sillon sans jamais se répéter toujours à la recherche de sons et de nouvelles émotions.

"Je veux tant de choses
Renverser le ciel
Les paupières mi-closes
Je veux l'étincelle
Et que la nuit se lève encore
Dans son cœur (son cœur)
Je veux quelque chose de nouveau"


Un des album que je préfère c'est "aimer ce que nous sommes" sortie en 2008, il plein de création, de surprises, de digressions.


Pour rester, si vraiment il le fallait, sur le ton de ce blog il a aussi collaborer aussi avec Erik Truffaz il même venu à Jazz à Vienne.


JazzMarc

mardi 14 avril 2020

L'ultime achat: Carla Bley - La vie continue !

Une semaine avant le début du confinement, j'ai acquis à la FNAC un CD de jazz de Carla Bley. La critique qui en avait été faite par jazzmag m'avait alléché. Je l'ai écouté le soir même et le lendemain. Puis je l'ai posé dans un coin et je l'ai oublié.

 Et puis a commencé cette culbute du monde qui nous a conduit là où nous sommes: confinés depuis bientôt quatre semaines face à un ennemi invisible mais meurtrier, le covid 19. J'ai donc eu le temps de réécouter ce disque. Et ce qui est formidable, c'est qu'il était prophétique. Jean-François Mondot, le critique du magazine cité ci-dessus,avait remarqué le premier mouvement de la deuxième suite du disque intitulée Beautiful Telephones, "duo entre Steve Swallow(basse) et Carla Bley (piano) qui déchire le coeur. Une sorte d'angoisse à deux voix s'y exprime..." Il a raison,Jean-François, ce morceau est poignant. Le critique parle même de "noir désespoir"."Ensuite,peu à peu,la sortie du tunnel"( deuxième et troisième mouvements).N'est-ce pas ce que nous vivons en ce moment ? Ou tout au moins ce que nous espérons de tout coeur vivre le plus tôt possible.

 Hasard ou nécessité, le morceau qui entame ce CD est un blues dépouillé, entamé par Carla et Steve et magnifiée par Andy Sheppard ,entre nous,un fameux saxophoniste que nous avions découvert, J.C.Jazzbôf et moi, à l'amphijazz quand cette salle faisait honneur à son nom .Quant à Carla Bley, j'ai souvenir de l'avoir vue jouer à Vienne, assis sur les gradins (quand reviendra-t-il le temps des festivals ?)

 Bref ! Voilà une sensation que ne m'avait pas encore fait découvrir le jazz: la prescience. Quand on vous dit que la musique est d'essence pour le moins divine...

                                                                François Jazzbôf

mardi 31 mars 2020

Liste du confiné JC JazzBof

Voici ma liste de confiné au 15 ème jour: 

1/ Courtney Barnett,
  Un "unplugged live at Melbourne" parfait en cette période, si vous ne la connaissez pas encore, c'est une porte d’entrée interessante. Sa voix trainante est faite pour cette reprise magnifique de So Long Marianne qui me donne la chair de poule.




Ensuite vous pouvez écouter et c’est de circonstance le bel album (rock)  "sometimes I sit and think and sometimes I just sit "

2/ Marc Perrenoud Trio ,
L’album Morphée pour tomber dans ses bras quand la soirée anxiogène et son décompte macabre arrive sur nos chaines de télévision.
Ça commence comme du Brad  Meldhau et ça finit... comme du Tord Gustavsen peut-être...




3/ Arbouretum,
Album : Let it all in
Un album qui me rend heureux.
Je ne peux pas m’empêcher de penser à mon pote Neil Young, les amis ça compte en ce moment… (mais lui ne me quitte jamais de toute façon)



Restez vivants, restez chez vous.
JC JazzBof

lundi 30 mars 2020

Ma première playlist du Confiné

Voilà mes remèdes du moments non pas contre ce satané virus mais contre les effets du confinement.

1: Pour le télétravail en mode ZEN
    
Une collaboration Fraternelle entre Roger et Brian Eno, je passe et me repasse ce "Mixing colors" qui vient de paraître qui se révèle un excellent antidote à l'ambiance anxiogène du moment.
cool ....

 


2: Pour la poésie et un peu de réflexion ...prémonitoire

Cyril Mokaeich vient de sortir un nouvel album après un voyage à Beyrouth où il a retrouvé une partie des ses racines.
Un  bon dosage de révolte sur notre condition d'humain qui nous déprime et de tendresse qui donne de l'espoir

 


3: Le Jazz cool du moment
La BO du Film "Brooklyn Affairs" en France  ( Brooklyn Motherless ailleurs). Superbe BO comme le film. Un grand moment de cinéma comme un hymne pour l'amour du jazz
Wynton Marsalis en bonne pace mais aussi une pépite chantée par Tom Yorke
Le Jazz le grand remède ... à tous les maux d'ailleurs
 



La suite dès que je craque
JaZZmarConfiné

samedi 21 mars 2020

Du jazz pour mieux vivre le confinement

 En ces temps apocalyptiques où nous nous retrouvons tous sur the highway to hell, il peut être parfois salutaire de se plonger dans la musique pour décompresser (bien sûr, cela dépend de chacun). 

Et pour échanger sur autre chose que la catastrophe sanitaire qui nous frappe, je vous propose ma playlist.

Je sais, c'est bien dérisoire, mais si ça peut sortir la tête de l'eau...

 Ma liste:
  -Jon Boutellier ("on both sides of the Atlantic" ) ...titre prémonitoire

  - Pierre de Bethmann Trio ("essais,volume 3")... et sa reprise de "Dark Blue" de John Scofield

  - Samy Thiebault ("Rebirth") ... pour anticiper l'après-crise

  - Chet Baker (tout) ...la trompette adoucit l'anxiété

  - Miles Davis ("in the sky")... pour planer un peu

  - Oscar Peterson ("the sound of the trio")... le piano aussi,ça détend,surtout à ce niveau de virtuosité,
 et une pincée de Jesus Volt (un blues bien lourd comme "I'm a jerk")

  En souhaitant ne pas avoir été trop "léger" à tes yeux.
                                                             François Jazzbôf


dimanche 1 mars 2020

Maria Valencia y los Su-Flantes

Photo: JP Jacquot
Le jeudi 27 février au Périscope

Tel David Vincent cherchant son chemin, votre dévoué chroniqueur était parti ce soir là au club de jazz à la recherche d'un petit bout de mélodie que jamais il ne trouva.

Le périscope accueillait en résidence la saxophoniste  Maria Valencia  dans le cadre d'un échange avec la Colombie sous les auspices de l'Unesco. Pour l'occasion l’organisation s'est mis au vert, fini les bouteilles en plastiques pour les artistes chacun désormais a sa bouteille en inox avec son prénom dessus : c'est chic non ?

Lors de sa résidence Maria a travaillé avec quelques autres soufflants locaux avec qui elle parle le même langage...pas le notre.

Trombone, Euphonium, clarinettes et  sax en tout genre magnifiés par des pointures locales qu'on retrouve au sein d'autres projets tout aussi enthousiasmants comme le Spang ou The Very Big Experimental Toubifri Orchestra.

Ils ont pris forme humaine mais ils sont d'ailleurs, complètement perchés ils font fi de la mélodie, d'un quelconque swing ou d'une trace de groove et ...ça marche.
Les compositions sont majoritairement celles de Maria Valencia, quand il y a composition car l'improvisation c'est leur dope leur nirvana leur trip quoi.

Pour l'avant dernier morceau Maria fait face aux 6 soufflants; pour chacun elle lui indique un chiffre de sa main  qui correspond à un module, un mini thème, quelle pourra interchanger au grès de son feeling ou les mettre tous à l'unisson. OUF ! étonnant comme exercice de style et plutôt efficace.

Pour le morceau suivant un nouveau niveau d'abstraction est atteint, oui c'est possible, c'est Benjamin Nid qui propose cette forme de composition en temps réel avec simplement un langage gestuel qui est adressé à chaque musicien : Le Sound Painting.
La création est infinie ... c'était une première pour moi et j'ai trouvé ça très "prometteur".
 
Maintenant il me faut convaincre un monde incrédule, qu'ils sont là  et vont envahir le monde ( du jazz au moins) avec leurs langages et leurs rites. 

Et puis ils sont repartis dans leur soucoupe volante,
je les ai accompagné accroc que je suis devenu à leur folie, et c'est d'ailleurs de là bas que je vous écris.

Kisses from Jazz Là bas

Jean-Marc Aguirre
Sur jazzRhoneAlpes.com cette chronique et les autres news de la semaine

María Valencia: Alto Sax, clarinette, clarinette basse
Benjamin Nid: Saxophone Alto
Gregory Sallet: Saxophone alto et soprano
Aymeric Sache: Saxophone ténor et soprano, clarinette basse
Eugéne Gaumeton: Saxophone soprano, ténor, baryton et clarinette
Victor Auffray: Euphonium
Simon Girard: Trombone
Raphaël Ginzburg : Violoncelle ( en première partie)


SPANG from Pas sage d'images on Vimeo.

lundi 3 février 2020

Loic Lantoine & The Very Big Experimental Toubifri Orchestra à l'Opéra de Lyon

Le samedi 25 Janvier à l'Opéra de Lyon

Entrez, Entrez messieurs dames ! le grand spectacle va commencer !
Venez retrouverez le grand Barnum du Toubifri Orchestra le plus fêlé des grands orchestres,
avec dans ses rangs la femme à barbe qui joue de la guitare, le capitaine Sax avec son bel uniforme et bien d'autres musiciens complètement déjantés eux aussi!

Ils se donnent ce soir à l'Opéra, oui parfaitement, non pas dans les bas fond de l'underground réservé aux jaaazz et musiques du monde, non, non c'est bien dans la grande salle de l'Opéra de Lyon.
N'hésitez pas mesdames ce soir ils sont accompagnés d'un poète rêveur au grand cœur qui va faire chavirer le votre.

Ça pourrait être le mariage de la carpe et du lapin cette association entre cet ensemble surpuissant du Very Big Experimental Toubifri Orchestra qui sous des apparences de légèreté et de déconnade potache cache une maitrise au cordeau de leur art;
et le chanteur poète Loïc Lantoine qui distille des textes souvent tendres, teintés de nostalgie, tantôt impertinents et militants contre les puissants.      
Les chansons de Loïc Lantoine pourraient se suffire d'une guitare acoustique pour les accompagner, ça a déjà été le cas , avec succès d'ailleurs, et pourtant confrontées à cette puissance sous contrôle c'est un vrai bonheur.

Le spectacle est total, il faut dire que les artistes se donnent du mal, chants à capella, pas de danse, des tableaux humains en mouvement, ... tout est magnifié avec une grande facilité...apparente.
   
 Le Toubifri Orchestra est né en 2006 à Lyon sous l'impulsion de Grégoire Gensse, musicien et compositeur, qui a été aussi à l'initiative de la rencontre avec Loïc Lantoine avant de disparaitre brutalement en 2016.
De cette rencontre est né un projet "Nous" qui est désormais un double CD avec 25 chansons dont une partie compose le spectacle de ce soir.   
Les CD sont très réussis mais rien ne vaut la scène!
C'est vrai, cependant, pendant le concert il est difficile d'entendre tous les mots, il y en a beaucoup, et il y a tant à écouter de l'orchestre et tant à regarder que l'écoute  des CD est un complément pour une deuxième couche de plaisir.

Les chansons ont des pouvoirs euphorisant, ici elles font mouche en direction du cœur
"tu me vieux?", " La nouvelle" ," Je cours" 
Chacun aura sa propre comparaison avec d'autres grands chanteurs français ou belge?
Moi une chanson comme " Décalé tout le temps" qui à fait l'objet d'une grande mise en scène , cotillons, ballons et j'en passe m'a fait beaucoup penser au grand Pierre Vassiliu.

Un grand, grand concert donc où la notion de genre a été complètement oubliée: Rock, jazz, variété, opéra ...Céline Dion ... peu importe c'est du bonheur.


"La vie est belle! c'est un choix." ( Loic Lantoine)

JaZZmarc


Loïc Lantoine: voix ; Corentin Quemener: batterie, percussions ; Lionel Aubernon: batterie, percussions ; Melissa Acchiardi: vibraphone, percussions ; Alice Perret: claviers ; Lucas Hercberg: basse électrique, percussions ; François Mignot: guitare électrique ; Ysaura Merino, Félicien Bouchot, Yannick Pirri: trompettes, bugles ; Aloïs Benoît: trombone, euphonium ; Grégory Julliard: trombone, tuba ; Stéphanie Aurières: saxophone baryton ; Thibaut Fontana, Yannick Narejos: saxophones ténor ; Antoine Mermet, Benjamin Nid: saxophones alto ; Laurent Vichard: clarinettes ; Mathilde Bouillot: flûte. 

Sur jazzRhoneAlpes.com cette chronique et les autres news de la semaine