Sans la musique, la vie serait une erreur. (F. Nietzsche)


jeudi 29 avril 2021

Le Quadrivium au périscope : Un échantillon de contrebande de la vie artistique d'après !

 Le jeudi 22 Avril au Périscope.

Ce n'est plus le monde d'avant, pas encore celui d'après.
C'est dans cet entre deux qu'il nous ait proposé d'assister à un échantillon de concert, comme un fragment de contrebande organisé par le Périscope.
L'équipe du Périscope trépigne d'impatience à présenter sa nouvelle grande salle de concert en extension du lieu historique. Une salle agencée pour accueillir 150 spectateurs, et destinée à présenter des concerts de fin de résidences et d'autres projets en complément de la première salle. Cette promesse nous fait très envie! on en bave d'impatience de découvrir de nouvelles pépites.
Ainsi ce soir le groupe Quadrivium présente pour quelques "professionnels" le résultat de sa résidence dans ces lieux. Voici donc comment nous avons eu le droit à une petite heure de concert, soit un échantillon, dans une ambiance de quasi-clandestinité.
Tels des accrocs en sevrage nous aurions bien crié "ENCORE" tellement la musique vivante nous manque et que pour le coups ce projet Le Quadrivium se révèle fort enthousiasmant.
C'est la musique du 14 siècles qui a inspiré l'initiateur de projet le Batteur et compositeur Emmanuel Scarpa qui chante aussi pour l'occasion.
On reconnait bien des harmonies médiévales en début de morceau qui évoluent ensuite dans tous les sens pour nous amener vers bien d'autres univers musicaux qui se mélangent,  le jazz et le rock en particulier. C'est bon d'être amener. 
La musique est pour partie très écrites, elle laisse tout de même des espaces de liberté qui s'éloignent des règles de mathématiques que promet le nom de Quadrivium.
Ces espaces sont remplis avec gourmandise par les individualités de grand talent qui participent à cette aventure avec Emmanuel Scarla : Bruno Ruder aux  Fender Rhodes et synthétiseur, Philippe Gordiani  à la guitare et  Olivier Lété à la  basse électrique.
 

Si tout va bien, selon la formule consacrée,...
si tout va bien donc le groupe présentera son projet complet au Périscope ...bientôt.
Restons vigilants ! le monde  d'après s'annonce foisonnant de créativité. 

JazzMarc

Sur jazzRhoneAlpes.com cette chronique et les autres news de la semaine  

dimanche 7 mars 2021

Shai Maestro : Human


 Tu lis  dans Jazzmag qu'un nouveau CD qui t'intéresse vient de sortir, ou tu l'apprends par un copain. Tu cherches à entendre un seul morceau, pour tester, mais tu réserves le reste pour le jour où tu découvriras l’œuvre en question.

Tu achètes l'objet dans un des rares magasins spécialisés qui restent. Tu rentres chez toi. Tu glisses le CD dans ton lecteur et tu te cales dans ton canapé. Et là, TU ECOUTES... et tu fonds de bonheur.
 Cela m'est encore arrivé avec le dernier opus de Shai Maestro, autrefois pianiste d'Avishai Cohen (le bassiste, pas le trompettiste ).Il s'intitule "human". On y retrouve Jorge Roederer à la basse et Ofri Nehemya à la batterie.Je les ai vus à Evian, il y a quelques années.C'était déjà excellent.
 

Mais là, il y a un quatrième larron à la trompette, un bon, Philip Dizack, aux sonorités parfois proches d'Ibrahim Maalouf.Et le tout est d'une richesse et d'une finesse époustouflantes.Chaque écoute fait découvrir un nouveau détail.C'est BEAU !
 

  Essayez ... Vous m'en direz des nouvelles.
                                   François Jazzbôf

samedi 17 octobre 2020

Joshua Redman: Round again

Joshua Redman n'aime rien tant que la formule du quartet. La plus célèbre regroupe à ses côtés Brad Meldhau (piano), Christian Mac Bride (basse) et Brian Blade (drums). C'est celle du dernier opus"Round Again". 

Elle reprend à l'identique celle de 1994 pour "Moodswing". Deux œuvres à ne pas manquer.

Mais il en a expérimenté d'autres. Il y a la formule Aaron Goldberg(p), Reuben Rogers(b) et Gregory Hutchinson (d) que l'on retrouve sur "Beyond" ou sur l'avant-dernière production du maître,"come what may"

 La formule Aaron Parks(p),Matt Penman (b) et Eric Harland (d)sur James Farm.


Il peut aussi accompagner un ami, comme le guitariste Kurt Rosenwinkel, avec Brad Meldhau (p), Larry Grenadier (b) et Jeff Ballard ou Ali Jackson (d).
 

   Joshua Redman n'hésite pas non plus à rejoindre un trio préexistant comme Bad Plus (un set mémorable à Vienne) ou Shaï Maestro Trio (un concert formidable à Evian).
    

 

Bref, Joshua m'étonnera toujours. Et vous ?



    Jazzbôf from Everywhere with Joshua Redman

dimanche 4 octobre 2020

Polymorphie- Claire Vénus au Périscope


 Le 2 octobre 2020 au Périscope.

On aimerai bien que la vie ait repris son court normal et aller au concert le cœur léger,
bonne nouvelle c'est bien soirée concert au Périscope aujourd'hui, après tant de temps de disette, mais la distanciation physique et le port du masque obligatoire tempèrent un peu notre enthousiasme.

Chic Polymorphie présente sur scène son 3eme album "Claire vénus"  le jour de sa sortie.
Moi qui l'ai beaucoup écouté en avant première ( voir l'article déjà publié le concernant) j'avais hâte de sentir en vrai l'énergie dégagée sur l'album.

De l'énergie et du talent il y en a revendre sur scène ce soir, avec 30 spectateurs au plus en face, j'ai toujours un sentiment de gêne dans ces cas là: Tant d'effort et tant de qualité sur scène pour seulement  quelques happy few :-).

La contrainte pour présenter  un album "concept" sur scène c'est de respecter la chronologie du dit album. Ainsi le concert commence par "Louise"  sur un poème de Louise L'abbé "Claire vénus" et fini par "Jean" sur un poème de  Jean de Sponde "Il est vrai que mon amour..." tout comme l'album. Le groupe déroule alors tout l'album et que l'album mais la scène amplifie tout: les énergies, les émotions, la créativité ...heureusement.

Ce qui frappe en les découvrant sur scène c'est la "Rock Attitude".
Pour Damien Cluzel à la guitare c'est plus naturel encore qu'il reste, lui, plutôt discret.
Le plus étonnant c'est pour le duo Trombone et Saxophone baryton  respectivement pilotés par Simon Girard et Romain Dugelay ( également le compositeur) qui s'éclatent et déploient leur folle énergie.

Léo Dumont à la batterie fait, avec beaucoup de créativité, feu de tout bois pour enflammer le tout et encourager ses camarades.

Et puis Marine Pelligrini au chant et aux textes (certains textes ne sont pas chantés) apporte la poésie et l’émotion voulus pour ce projet.
L'album concept à pour thème l'amour, aussi telle Aphrodite, la déesse de l'amour, elle nous fait vivre toutes les émotions du parcours d'un amour passionnel.
Tantôt elle est Henri (Miller) tantôt Anaïs (Nin) quand elle lit leur correspondance amoureuse et tumultueuse,  et puis elle est Pablo, Anna, Louis, Paul...
Au delà de la chanteuse elle nous dévoile ses talents d'actrice. Je l'ai trouvé particulière émouvante dans l'interprétation qu'elle a fait du magnifique poème de Paul Eluard " Ma morte vivante" ( "Paul" sur le disque), en quasi transe, c'est sa propre rupture qu'elle revis. Çà doit être ça le talent d'actrice.   


" ...Mes yeux se sont séparés de tes yeux
Ils perdent leur confiance ils perdent leur lumière
Ma bouche s'est séparée de ta bouche
Ma bouche s'est séparée du plaisir
Et du sens de l'amour et du sens de la vie
Mes mains se sont séparées de tes mains
Mes mains laissent tout échapper
Mes pieds se sont séparés de tes pieds
Ils n'avanceront plus il n'y a plus de route..."

Il est presque 22 heures,  l'heure du couvre feu pour les bars approche,  on redescend sur terre, réajuste son masque, la parenthèse enchantée est trop vite passée.

L'album est disponible désormais sur les plateformes de streaming : Foncez! 

   Jazz-Marc

Sur jazzRhoneAlpes.com cette chronique et les autres news de la semaine  

Polymorphie: Cellule


samedi 3 octobre 2020

Polymorphie " Claire Vénus"

Autant l'avouer j'ai découvert le groupe Polymorphie à l'occasion de la sortie de leur 3 eme Album " Claire Vénus". Même si certains des membres du groupe ne m'étais pas tout à fait inconnus car familiers de la scène jazz  lyonnaise.

Aussi j'ai rattrapé mon retard et découvert en même temps les 3 albums.

"Cellule" leur 2 ème opus était déjà un album concept construit, lui, autour de l'univers carcéral  avec notamment des textes d'écrivains célèbre(Oscar Wilde, Paul Verlaine...) . Un album tendu, dans l'urgence de tout instant, où on entend les sirènes d'alarmes celles du dehors surement et celles dans leurs têtes : Une très belle réussite.

Avec "Claire vénus" le groupe réitère dans le concept album littéraire sur le thème de l'amour cette fois.
Ils est construit autour de grands textes qui vont de Pablo Néruda à léonard Cohen et ponctué dpar des extrait de la correspondance entre Anaïs Nin et Henri Miller.

L'album déroule les émotions des différentes étapes d'une relation amoureuse passionnelle, de l'éblouissement jusqu'au désenchantement en passant par des stades de frustrations, d'incompréhension et souvent de douleur.

"J'étais si près de toi que j'ai froid près des autres" ' Paul Eluard"

La tension est là aussi palpable, c'est celle de la passion  magnifiée par la musique de Polymorphie, une énergie rock à l'esprit Jazz toujours mélodieuse mais délicieusement torturée.  

Le saxophoniste Romain Dugelay est à l'origine du groupe et aux compositions.
Marine Pelegrini dit et chante les textes avec beaucoup de talent et d'émotion, pour ma part je ne l'avais pas entendu depuis sa participation au groupe N'Relax et ça fait très plaisir de la retrouver dans ce projet enthousiasmant.

L'exaltation des sentiments est porté par de brillants musiciens , Simon Girard au trombone, Damien Cluzel à la guitare et Léo Dumont à la batterie.
Ils s'assurent quelques dialogues improvisés savoureux qui nous emportent loin...

En ces temps mauvais, de virus et de défiance généralisée que ça fait du bien 

Sortie de l'album le 2 octobre
Concert au Périscope le même jour

JazzMarc 

Sur jazzRhoneAlpes.com ce billet et les autres news de la semaine 

 

vendredi 10 juillet 2020

Lakecia Benjamin - Pursuance :The Coltranes


En ces derniers jours de juin où Vienne devrait nous passionner, il nous reste les sorties de CD pour stimuler nos sens anesthésiés par un virus culturophage.

Pour ma part, la découverte (sans doute tardive) d'une jeune saxophoniste new-yorkaise issue du peuple de George Floyd m'a ravi les oreilles et rasséréné pour un bon moment.

Car cette fantastique musicienne en costume blanc s'est lancée dans la remise au goût du jour de l’œuvre du couple Coltrane, si tenté qu'elle ait perdu de l'audience,ce que je crois impossible.


 Sur son CD elle interprète pas moins de sept œuvres de John et quatre d'Alice,les deux dernières pièces étant nées dans son esprit fécond.
Le choix est de qualité et des musicos chevronnés sont venus lui prêter main forte, parmi lesquels Reggie Workman (bassiste chez John, chez Alice et pour les tournées anniversaires de la famille Coltrane) n'est pas la moindre pointure.

 Pour ma part j'avoue avoir un faible pour "Prema" et "Acknowledgement" (le premier de madame Coltrane, le second de monsieur), mais c'est un vieux réflexe d'habitué de soirées mythiques chez un ami où nous devions convaincre en dix minutes que nous avions découvert LE disque de l'année.

 En réalité, tous les morceaux sont excellents, et il me tarde que les concerts en public reprennent , même dans une salle à petite jauge, pour aller admirer Lakecia sur une scène.

 Jazzbôf from Red Cross


dimanche 7 juin 2020

Outlaws : Ludivine Issambourg est de retour !


Savez-vous pourquoi l’entreprise SpaceX a envoyé deux astronautes dans l’espace ? : Pour aller chercher Ludivine Issambourg !
Mais heureusement pour nous elle était déjà revenue sur terre pour nous livrer son dernier album « Outlaws »
Je vous parlais sur ce blog en Août dernier d’une flûtiste extraterrestre rencontrée à JazzAlbertville, au vue de la pochette, je ne croyais pas si bien dire.
Je guettais cet album avec attention, car l’extraterrestre m’avait excité les neurones en me parlant alors de son projet avec Éric Legnini et Stéphane Huchard (excusez du peu). Puis le confinement est arrivé, j’ai baissé la garde.
Enfin il est bien là cet album Outlaws, Tribute au flûtiste américain Hubert Laws, d’où le titre de l’album ( jeu de mots comme aurait dit Maître Capello).
Cà groove comme on pouvait s’y attendre avec Éric Legnini (il est malin celui là de l’avoir trouvée) les belles envolées de Ludivine sont de véritables rampes de lancement à ce groove gai, printanier qui vous déconfine un homme en 43 minutes et 34 secondes. La basse de Julien Herné (entendu aux cotés de Vincent Peirani sur Living Being ) est tout simplement exceptionnelle d’efficacité. Cet instrument de l’ombre que l’on entend parfois que lorsqu’il se tait. Suivez ces lignes de basse sur « undecided » , « Guatemala Connection » ou « I had a dream » (peut-être mon titre préféré), pour ce voyage sidéral.
Un rêve se dessine, revoir Ludivine sur scène bien vite (?) avec cet équipage, le pied !


En attendant... l’album se termine avec « What do you think of this world ? » moi je sais, je monte dans sa soucoupe volante.


JC JazzBof

samedi 23 mai 2020

La série The Eddy : Pourquoi tant de haine ?

Une chronique sur une série : c'est une première!
je crois que je ne l'aurais pas écrit si je n'avais lu et entendu autant de mauvaises critiques chargées  d'agressivité. Pourquoi tant de haine?

Si tu n'aimes pas le jazz passe ton chemin  les plateformes de streaming débordent de bonnes séries, et de moins bonnes aussi. 
Ici le plaisir vient du fait d'être au cœur de ce groupe de jazz en action grâce à une caméra mobile intrusive!

En période de disette de concert, se retrouver grâce à Damien Chazelle (Whiplash, La La Land) cet amoureux du jazz,  à côtoyer de près, de très prés,  les musicos en répétition ou pendant un set que c'est bon !

OK tout le monde se fout de l'intrigue pseudo policière même le metteur en scène l'a complètement abandonnée en rase campagne et n’essaie même pas de la récupérer à la fin.

C'est tout le reste qui est intéressant les petites histoires dans l'histoire, les relations entre les personnages, l'ambiance... et le jazz partout pour accompagner les moments festifs ou pour supporter les drames.
On écoute les morceaux dans leur longueur, même les séquences improvisations sont captées au plus près de l'endroit ou elles naissent.

OK un tel club n'existe pas à Paris, même le groupe a été monté pour l'occasion ... mais les musicos sont authentiques et le cinéma est là pour les magnifier !

Oui le jazz est ici fantasmé mais pourquoi pas!  nous le retrouverons bien vite je l'espère dans les vrais clubs mais en attendant vous pouvez allez au "The Eddy" sur Netflix    

JazzMarc

Damian Nueva (Basse), Lada Obradovic ( Batterie), Ludovic Louis ( Trompette),  Randy Kerber ( Piano ) Joanna Kulig ( Actrice et chanteuse) ,Glen Ballard et Randy Kerber ( Compositions)





dimanche 10 mai 2020

Playlist du Confiné N°2: Des N°2 du Rock et du Jazz

C'est un hasard mais il se trouve que les 2 albums que j'écoute beaucoup en ce moment sont  des N° 2 dans des formations de premier plan.

 

Edward John O'Brien  dit Ed O'brien guitariste britannique qui sévit aux côtés de Thom Yorke au sein du groupe Radiohead vient de sortir un album flamboyant qui fait mouche.
Du rock oui du bon, un peu celui de Radiohead, mais aussi celui des Red Hot, de Dépeche mode ou des Flamants roses.


"Shangri_La" ouvre l'album et donne le ton, ça pourrait être Thom Yorke qui chante, et on sent la touche du deuxième de cordée.


L'album est bien équilibré et bon tout le temps mais le morceau qui fait boum c'est "Olympik", ça commence comme un morceau assez convenu lais laissez le aller; donner lui au moins ça chance au delà des 3 premières minutes quand la rhythmique de la guitare vous emporte.









Le deuxième N°2 c'est Magnus Ostrom le magnifique batteur de feu le groupe EST  Esbjörn Svensson  Trio. Il s'agit d'un disque qu'il a sorti en 2011" Thread of life " que j'avais, je ne sais pour quelle raison snobé à cette époque.
C'est une proposition de Deezer dans une écoute aléatoire qui m'a fait tendre l'oreille j'ai alors découvert cet album magnifique.
Alternance de morceaux musclés et de ballades:  tout tout est bon.

C'est bon de retrouver cette pulsation d'urgence, cet univers hybride entre rock et jazz.

J'aime tout dans cet album sauf la pochette, c'est peut être pour ça que je ne l'avais pas écouté avant,
elle est trop sombre, elle suggère la force brut alors que j'entends plutôt un voyage poétique
"Piano Break Song" est un morceau puissant entêtant flamboyant, j'y vois l'évocation d'un des meilleur pianiste du jazz aujourd'hui disparu :   Esbjörn Svensson        


JazzMarConfiné

dimanche 19 avril 2020

Un paradis perdu




Ce matin la radio m'annonce une mort qui me touche, même si ce n'est pas celle d'un parent ou d'un ami. Encore qu'un musicien soit dans votre inconscient un véritable ami, même si vous ne l'avez jamais rencontré directement, ni même vu sur une scène.

 Christophe était de ces inventeurs d'univers qui vous attirait dans son monde. Chez Christophe, les mots étaient bleus (chanson éponyme),les vestes de soie rose ("Les paradis perdus"),les smokings blanc-cassé ("La Dolce Vita") et les coeurs verts ("Un peu menteur").
Chez Christophe, il y avait des juke boxes, des flippers, des bars ouverts, une petite fille du troisième et une petite fille du soleil, une seniorita aussi.
Mais chez Christophe, il y avait aussi des jours ou rien ne va.Souvenez-vous ...

  " Il existe des jours comme ça
   On voudrait mieux rester dans les draps
   Bien calé dans la tiédeur,
   Comme dans le ventre de sa mère
   En attendant que s'éteignent Les jours où rien ne va" 


François Jazzbôf
------------------------------------------------------------------------------




Le dernier frisson que m'a procuré Christophe c'est cette reprise de "La man" dans son dernier album "Christophe Etc."; album testament donc où il a revisité quelques uns de ces morceaux en duo ici avec la chanteuse libanaise Yasmine Hamdan.
Il creuse et creuse encore son sillon sans jamais se répéter toujours à la recherche de sons et de nouvelles émotions.

"Je veux tant de choses
Renverser le ciel
Les paupières mi-closes
Je veux l'étincelle
Et que la nuit se lève encore
Dans son cœur (son cœur)
Je veux quelque chose de nouveau"


Un des album que je préfère c'est "aimer ce que nous sommes" sortie en 2008, il plein de création, de surprises, de digressions.


Pour rester, si vraiment il le fallait, sur le ton de ce blog il a aussi collaborer aussi avec Erik Truffaz il même venu à Jazz à Vienne.


JazzMarc