Sans la musique, la vie serait une erreur. (F. Nietzsche)


lundi 31 mars 2014

Flamenco Jazz à A Vaulx Jazz : Dorantes y Garcia-Fons

Samedi 29 mars à A Vaulx Jazz
This is the end... comme dirait l'autre,
l'édition 2014 d'A vaulx jazz s'est achevée au son des castagnettes et des claquettes du Flamenco.
Este es el fin....

oui c'est la fin mais quelle fin!
Une soirée sans fausse note à part le discours politique d'entre deux tours du directeur du festival Thierry Serano qui m'a semblé saugrenu et pour le moins déplacé.


En deuxième partie de cette soirée deux artistes musiciens au son méditerranéen se sont d'abord trouvés et réunis pour un projet original autour du flamenco: "Interaccion"

Nous connaissons davantage Renaud Garcia Fons en France, contre-bassiste fabuleux qui illumine les scènes jazz avec son univers méditerranéen. Il rejoint pour ce projet le pianiste gitan andalou David Peña Dorantes. Érudit de musique classique, Dorantes n'est pas a un paradoxe prêt, la musique pour les gitans étant plutôt instinctive et leur instrument de prédilection étant plutôt la guitare.
C'est donc avec son piano qu'il invente El nuevo flamenco, et avec la manière s'il vous plait.
Avec une vitesse d'exécution époustouflante il nous entraine d'abord en solo, en guise d'entame, dans une de ses compositions à la façon de "Blue Rondo A La Turk" de Dave Brubeck ( A bout de souffle pour la version française)
On sait maintenant à qui nous avons à faire, le groupe peut alors se présenter au complet, Renaud Garcia Fons, Javi Ruibal aux percussions et batterie et Ursula Lopez pour la danse Flamenco.

Et c'est à plusieurs tableaux successifs auxquels nous allons assister, un spectacle complet ou la danse complète et amplifie notre plaisir, ou la danseuse est aussi une percussionniste avec ses claquettes espagnoles.
Les robes de princesses se succèdent, des robes qui tournent et nous enivrent.   
Renaud Garcia Fons tel l'homme orchestre avec sa contre-basse à 5 cordes est multiple; tantôt il est contre-bassiste et tantôt avec son archet il est violoncelliste et là d'un coup c'est tout l'orient qui débarque. A d'autres moment encore, en percutant l'archet sur les cordes, c'est d'un autre instrument dont il joue proche des instruments traditionnels orientaux.
   
Les compositions sont principalement  de Dorantes et de son dernier album "Sin muros", sans mur en français, c'est bien l'impression que nous donne cet ensemble au service d'un jazz en liberté.
  
Nous avons eu droit à quelques moments très forts lors de ce spectacle et notamment lorsque le groupe a entamé  "Orobroy"  une composition de Dorantes,  du flamenco qui prend aux tripes avec une danse au châle pour Ursula Lopez magnifique pour les oreilles, les yeux et au finale pour l'âme.

Et le mot de la fin que l'on a envie de scander ensemble c'est : Olé !

JaZZmarc
Sur Jazz-rhone-alpes.com cette chronique et les  autres billets de la semaine 






Aucun commentaire:

Publier un commentaire