Sans la musique, la vie serait une erreur. (F. Nietzsche)


mardi 23 juin 2015

Montana y Salazar au Péristyle

Le vendredi 19 juin au Peristyle
Pendant 3 soirs  le cœur de Lyon bat aux rythmes latinos au péristyle.
Nul besoin d'un bataillon de cuivres ni d'une armée de percussionnistes;  juste deux musiciens, un au piano   Léonardo Montana et Jaime Salazar aux percussions et au chant..
Et nous voilà partis pour un voyage au grès des chansons venues de toutes l'Amérique du sud.
Des chansons populaires et urbaines nous dit Jaime Salazar, dont les harmonisations ont été pensées pour  mettre en valeur les textes.
Des texte populaires et des poèmes aussi comme " Responde tu" écris par le poète  cubain Nicolás Guillén.

 Mais de la poésie au cœur de la ville quand ça pétarade encore et bavarde pas mal tout autour  c'est un vrai exercice de force; comme une fleur qui pousserait sur le bitume.
Heureusement Jaime Salazar a une voix puissante; quand il pousse un peu on sent qu'il en  a encore sous le pied, et quand il se veut plus intimiste il rentre dans sa bulle, complètement concentré, et rien ne peut plus l'atteindre ...enfin semble t'il.

Professeur au conservatoire de Chalon-sur-Saône  Jaime Salazar se consacre depuis des années aux musiques traditionnelles latino-américaines il retrouve pour ce projet créé pour l'occasion le pianiste brésilien  Léonardo Montana.
Le duo fonctionne bien, Leonardo au piano ne se contente pas d'accompagner "le chanteur" quand il se lance dans des vagabondages improvisés on en redemande.

J'ai retenu parmi le répertoire le très beau "Alfonsina y el mar" chanson d'origine Argentine ( à moins qu'elle ne soit Chilienne il y a eu discussion sur le sujet), chanson que Avishai Cohen magnifie sur scène seul à la contre-basse.

Beaucoup de poésie donc dans ce monde de brut;
 finalement peut être aurait il fallu un bataillon de cuivres et une armée de percussionnistes pour imposer cette beauté latine au cœur de Lyon.

JaZZmarc

Sur Jazz-Rhônes-Alpes.com ce billet et les autres chroniques de la semaine 


Aucun commentaire:

Publier un commentaire