Sans la musique, la vie serait une erreur. (F. Nietzsche)


mardi 1 août 2017

Roberto Fonseca au AlbertVille Jazz Festival

Avec Roberto Fonseca c'est le choc des cultures, après la musique un tantinet froide d'Erik Trufazz le bouillonnant  pianiste cubain affiche la température : Calienté, Calienté.

C'est une armada de 7 musiciens  qui l'accompagne qu'il dirige avec maestria,
tous en costumes trois pièces et nœuds pap  on les croirait directement sortie de l'école hôtelière, mais ce qu'ils nous servent mama mia ça chaloupe et ça danse.

Les percussions et les cuivres qui définissent  le jazz latin  sont et bien là, et Roberto sait parfaitement bien faire monter la mayonnaise vers de grands moments d'emphase.

J'ai pour ma part préféré la première partie du spectacle pendant laquelle les compositions de Fonseca sont plus mises en valeurs, des morceaux même plus lents nous ont fait chavirer.

La deuxième partie est elle destinée à faire danser tout le monde en mélangeant les chansons traditionnelles et les compositions: Mambo, salsa, Cha-cha-cha
et ça fonctionne furieusement.

C'est ça aussi les vacances !
JazzMarc

Sur jazz-rhone-Alpes.com ce billet et les autres chroniques de la semaine

Aucun commentaire:

Publier un commentaire