Sans la musique, la vie serait une erreur. (F. Nietzsche)


mardi 1 août 2017

Macha Gharibian au Albertville Jazz Festival

Le Samedi 29 Albertville Jazz Festival

Vous êtes en vacances ? le jazz vous suit !
Après une bonne journée de randonnée dans le Beaufortain le AlbertVille Jazz Festival nous donne l’opportunité de passer la soirée en compagnie de quelques pointures du jazz international.

Ce festival existe depuis 3 ans, il est passé de 3 à 5 jours cette année, et le programmateur et jazzman Nicolas Folmer nous a bien gâté pour cette édition.


La soirée du samedi commence sur la scène gratuite du jardin , excusez du peu, avec une de nos chouchous Macha Gharibian qui se présente ici dans une formule en duo avec seulement son contrebassiste Matyas Szandai.
La jeune pianiste et chanteuse d'origine arménienne a sorti son deuxième très bel album "Trans Extended" fin 2016; en studio elle est particulièrement entourée en quintet ou sextet.
Ce soir elle nous livre la version épurée de quelques uns des morceaux de l'album, où ne garde que l'essentiel de sa singularité: son histoire bercée par le folklore arménien, une voix ample propice aux mélopées, et un touché de piano percussif dont les notes sont autant de perles cristallines aux senteurs orientales.  Les compositions chantées comme "I Who Have Nothing" gagnent en ampleur sur scène, les instrumentaux eux sont centrés sur le piano pendant lesquels l'artiste laisse aller sa créativité.
Cette musique plutôt intimiste se prêterait plus volontiers à l'ambiance feutrée des club, pour autant le silence de la ville d'Albertville est de qualité,  Macha en a pris certainement possession pour quelques instants.
 On entendra aussi des chansons traditionnelles arméniennes en version personnalisées comme "Saskatchewan" on s'y croirait alors que nous sommes au pied des massifs alpins.
J'ai retenu aussi le très beau "Byzance" extrait de son premier album "Mars".

Elles sera le 3 novembre à Annecy avant le New Morning de Paris alors foncez!

JazzMarc

Sur jazz-rhone-Alpes.com ce billet et les autres chroniques de la semaine




Aucun commentaire:

Publier un commentaire