Sans la musique, la vie serait une erreur. (F. Nietzsche)


mardi 21 octobre 2014

Laurent De Wilde : Over The Clouds Trio à Un Doua de Jazz

Le jeudi 16 octobre à l'espace Tonkin.

Bien sûr Laurent de Wilde est déjà venu dans la région, présenter son dernier projet en date " Over the cloud" mais on s'en reprend volontiers juste un Doua.

Avec son trio de compétition, l'incontournable Jérôme Regard à la Contre-basse et Donald Kontomanou à la batterie (le local de l'étape puisqu'il est né à Villeurbanne) il prend possession de  son piano, ou peut être est-ce l'inverse et nous voilà parti pour un voyage au dessus des nuages qui passera par l'Afrique avec une escale à Fukushima.

Un voyage dans l'histoire du jazz aussi car Laurent de Wilde en érudit du jazz aime partager son savoir il nous parle ce soir de Duke Ellingthon, que tout le monde aime, nous dit il,  et pour illustrer son propos il nous offre une reprise du maître "Prélude for a Kiss", et une composition de l'album en hommage à Duke "Edward K" ( Edward Kennedy: étant le vrai nom du Duke)

 Laurent de Wilde a même écrit un livre qui fait référence sur Thelonious Monk en 1997 ( "Monk" chez Galimard)
     
Les titres de l'album sont déroulés avec toujours autant de gourmandise par son créateur
 " le bon médicament" , "fefe naa efe"  de Fela Kuti...
Artiste et citoyen Laurent de Wilde aime aborder au travers de sa musique des thèmes qui le touche dans sa vie de terrien. Il semble particulièrement interpellé par les dangers de l’énergie nucléaire, avec le jeu de mot du titre "New Nuclear Killer" il désigne le nucléaire comme le prochain tueur en série potentiel.
 La patafix sur les cordes du piano lui permettra de recréer un son proche du balafon africain pour le morceau titre : "Over de cloud"

Son concert est parsemé de nombreuses plages d'improvisation et c'est là où on se demande si vraiment ce n'est pas son piano qui la envouté, lui il est hilare et le public est sous le charme et ne veut pas descendre sur terre.  

Alors  il reviendra plusieurs fois au rappel pour finir par le très bon "move on" de l'album "The Present" et terminer le voyage.

Laurent de Wilde nous a citer une phrase de Freud : " Les artistes sont des névrosés qui se soignent eux mêmes", moi je savais que c'était un grand malade et j'espère que ça va durer.  
    
JaZZmarc
Sur jazz-rhone-alpes.com ce billet et les autres chroniques sur les concerts de la semaine

Laurent De Wilde (piano), Jérome Regard (contrebasse), Donald Kontomanou (batterie)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire