Sans la musique, la vie serait une erreur. (F. Nietzsche)


samedi 14 juillet 2018

Soirée New génération à Jazz à Vienne

Le mercredi 4 juillet au théâtre antique de Vienne

Moins de quinqua-sexagénaires que d'habitude à Vienne ce mercredi 4 juillet 2018 pour accueillir la " New Generation" , ceux qui mâtinent leur jazz d'hip-hop et d'électro.



Comme ces diables de Canadiens de Badbadnotgood ( keyboardist Matthew Tavares, bassist Chester Hansen, saxophonist Leland Whitty, and drummer Alexander Sowinski ). Le sax peut sonner comme Dick Parry ou comme Brandford Marsalis, le clavier rappelle Chick Corea, le batteur parle au public et frappe sec, le bassiste a le groove.
La musique évolue entre mélodie style musique de film et rythmes urbains très contemporains. Des sonorités nouvelles, c'est toujours bon à prendre.
Et le public commence à danser à l'appel du batteur.

Moins cependant que pour le deuxième groupe de la soirée, franchement funky, qui met le feu à la salle avec une réinterprétation musclée des Bee Gees , "Staying alive", ça vous rappelle quelque chose ? Mais avec Cory Henry, ex-membre de Snarky Puppy, à l'orgue Hammond, et son band des "Funky Apostoles" qui déménage derrière, c'est autre chose qu'avec la bande à Gibb.
Mention spéciale pour les deux choristes (et danseuses) Denise Stoudmire moulée dans un body noir, et Tiffany Stevenson en short blanc , rappel aux anciens des Ikettes, et qui peuvent se flatter d'avoir aussi un beau brin de voix.
Alors sur "Proud Mary", vous comprenez ce que ça peut sonner. Le public danse encore davantage et l'ambiance  réchauffe l'air de cette soirée où le vent annonce la pluie.

Celle-ci n'arrivera qu'avec le troisième groupe, celui de Robert Glasper,"R+R = Now" qui avec les changements de plateau, ne commence qu'à vingt-trois heures vingt-cinq.

Je n'en écouterai donc qu'un morceau avant de lâchement capituler face aux éléments. Mais prometteur. Je reviendrai les voir une autre fois ! J'ai calculé tout à l'heure que ça fait 24 ans que je fréquente ce festival ...

                                      François Jazzbôf

Aucun commentaire:

Publier un commentaire