Sans la musique, la vie serait une erreur. (F. Nietzsche)


mardi 19 janvier 2016

Bruno Ruder et Jeanne Added à l'Amphi Jazz : Yes is à pleasant country

Samedi  16 Janvier à l'amphi Jazz
C'est la troisième soirée du pianiste Bruno Ruder en résidence à l'amphi jazz, et la salle est comble;
ni les premiers flocons de neige de l'hiver ni les ombres encore menaçantes du 13 novembre n'auront retenus les amoureux de musique.

L'affiche est dans tous les cas fort alléchante car ce soir Bruno Ruder s'est entouré de son trio " Yes is a pleasant country" créé il a quelques 14 ans avec ses compagnons rencontrés au conservatoire de musique de Paris, le Saxophoniste Vincent Lê Quang et la chanteuse désormais bien connue Jeanne Added. Cette dernière a commencé comme violoncelliste puis elle a trouvé sa "voix" et a accompagné bon nombre de projets jazz menés par des leaders comme Vincent Courtois, Pierre de Bethmann ou encore Baptiste Trotignon. Avec son incursion réussie dans la "Pop rock tourmentée",  elle a été révélation aux Transmusicales de Renne en 2014 et a sorti en 2015 son premier album  "Be sensational" très bien accueilli par la critique et le public.

Retour au trio du soir " Yes is a pleasant country" un projet original et ambitieux;
un piano un sax et une voix ça donne une scène dépouillée  comme le projet artistique lui même, on est tout de suite à l'os. J'ai comme  la sensation qu'il faut faire preuve d'une impudeur folle pour s'exposer comme ça et se mettre en danger de cette façon 
Le ton est donné tout de suite avec une reprise d'un standard de Gordon Jenkins " Good bye"  (pour commencer c'est original),   une chanson désarmante et déchirante sur le thème d'une rupture  "kiss me as you go, Good-bye, Good-bye....";

Le groupe se tient toujours à l'écart des mélodies, comme en apesanteur, en apprivoisant les silences; il  nous tient, nous, en suspension, la gorge sérrée.

Le répertoire est constitué de reprises de standards et de compositions originales, les morceaux s'enchainent avec des fondus enchainés, ils se mélangent quelques fois comme si le spectacle se créait en même temps sous nous yeux. L'improvisation est présente même pour la chanteuse qui s'amuse à brouiller les pistes.
On a entendu quelques mesures de "i've got you under my skin" la chanson immortalisée par Franck Sinatra mélangée avec un autre morceau, ce thème à l'origine plutôt léger se retrouve ici plutôt emprunt de mélancolie, elle ou il est certainement parti malgré tout dans cette version.

J'ai retenu deux instants particulièrement marquants;
la reprise d'une chanson de Gainsbourg pas très connue " la noyée" elle aussi passablement sombre  et tellement belle.
"Tu t'en vas à la dérive
Sur la rivière du souvenir
Et moi, courant sur la rive,
Je te crie de revenir " 

 Et puis un instrumental, "Réincarnation" de Charles Ningus ou c'est Jeanne Added qui donne la première note est vocalise comme un instrument de précision qu'elle est vraiment en accord parfait avec ses deux compères : Bluffant.

Bruno Ruder est très discret ce soir; une originalité: il tourne complètement le dos au public;
 et on n'a pas entendu le son de sa voix pendant ce set qui clôturait pourtant sa résidence à l'amphi.
C'est un pianiste percussif qui aime les arrêts brutaux, les silences et le dépouillement il était davantage ce soir dans l'accompagnement de la chanteuse, il a toutefois bien montré qu'il sait imposer son univers.     
Même si Jeanne Added a pris pas mal la lumière ce soir  le saxophoniste Vincent Lê Quang a prouvé lui aussi qu'il était parfaitement dans le ton quand il a eu des espaces de liberté, torturé à souhait comme ses complices.
Le concert se termine comme il avait commencé
"kiss me as you go, Good-bye, Good-bye....";

Yes it was a pleasant evening!
JaZZmarc
Sur jazz-rhone-alpes.com ce billet et les autres chroniques de la semaine

Aucun commentaire:

Publier un commentaire