Sans la musique, la vie serait une erreur. (F. Nietzsche)


samedi 23 mars 2013

The place beyond the pines: Sprinsteen et Cianfrance

 
Il y a longtemps que je n'avais pris autant de plaisir à réécouter "Dancer in the dark" du boss . C'était sur une scène de braquage, dans un film noir à souhait de Derek Cianfrance, qui vient de sortir sur les écrans.

Cianfrance est capable comme Hitchcock de faire mourir sa vedette (Ryan Gosling) au bout de cinquante minutes d'un film qui dure deux heures. La caméra revient deux fois sur le corps désarticulé du "bandit" comme si elle ne croyait pas ce qui vient d'arriver.

De plus Cianfrance mélange les genres en les enchainant, passant d'un film de braqueurs à une dénonciation de la corruption policière, puis n'hésitant pas à faire une ellipse de quinze ans pour évoquer un secret de famille et la quête d'une identité.
Ce faisant il maintient notre attention en éveil et nous surprend à chaque tournant de l'histoire.Mike Patton, chanteur du groupe hard "Faith no more",en soutient musicalement le rythme .

Certains trouveront peut-être qu'il abuse des gros plans, mais a-t-on vu filmer la poursuite d'une moto par une voiture de police avec autant de virtuosité ? Et dans un cimetière en plus, ce qui est prémonitoire.
Le casting est parfait : Bradley Cooper et Ray Liotta sont à leur place. Quant à Eva Mendes, qui a tourné avec James Gray, elle n'a pas accepté son rôle à la légère: elle avait sûrement deviné, en lisant le scénario, que "The place beyond the pines" deviendrait un classique.

François Filmbôf

Aucun commentaire:

Publier un commentaire