Sans la musique, la vie serait une erreur. (F. Nietzsche)


lundi 28 octobre 2013

Elise Carron & Edward Perraud –Deux doigts de folie à Un Doua de jazz


Le mercredi 23 Octobre,
Edward Perraud pour son troisième concert dans le cadre du festival Doua de jazz, se présente en duo.

Il nous propose ce soir une sorte de performance scénique à deux.
C'est d'abord une association rare, puisqu'il marie ses percussions à une voix, et  il est accompagné pour cet exercice de style par Elise Caron, artiste aux talents multiples: chanteuse, musicienne et actrice.
Mais au delà d'un simple duo musical c'est une expérience artistique originale à la quelle nous assistons, faite de sonorités étonnantes et de différentes expressions vocales. 

Tout de suite je pense à la dose d'impudeur et d'audace qu'il faut avoir pour se livrer comme le fait Elise Caron.  Elle entame, en début de concert, une mélopée comme si elle chuchotait une confidence, c'est comme un chant indien qui ne tarde pas à nous ensorceler.
Elle abordera successivement différentes ambiances ou cultures, on reconnait tantôt le phrasé des Japonais, ou plus tard les accents gutturaux allemands.
Pour ma part j' ai entendu aussi des incantations chamaniques qui pourraient, si on n'y prenait pas garde, nous faire décoller du sol.
Edward Perraud tel un homme orchestre complètement allumé fait feu de tout bois. Des baguettes ne suffisent pas; il utilise, une cymbale, un archer voire d'autres objets non identifiés pour créer du son.
Un séquenceur et des micros spéciaux viendront élargir la palette d'outils qu'utilisera Edward Perraud pour créer de nouvelles sonorités. Et il nous rappelle cependant avec quelques solos que c'est aussi un batteur exceptionnel.

Ces deux fêlés ont enregistrer un disque "Bitter Sweets", heureusement sinon ceux qui n'ont pas vu le spectacle ne nous croiraient pas.   
Pour les  vrais artistes qui osent aller au bout de leur créativité et qui se lâchent: Chapeau !
et pour ceux qui les laissent faire voir qui les encouragent : Merci !  

JaZZmarc
Sur Jazz-rhone-alpes.com ce billet et les autres chroniques de la semaine 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire