Sans la musique, la vie serait une erreur. (F. Nietzsche)


lundi 2 avril 2012

Michael Connelly : Quai du polar 2012

Le samedi 31 mars 2012; Quai du polar
Michael Connelly célébrissime auteur américain de polar était pour un week-end à Lyon pour la manifestation "Quai du polar".
Cette année les organisateurs ont mis à l'honneur le polar américain, Michael Connelly étant la tête de série N°1.

Plusieurs moments lui ont été réservés: la présentation du film "la défense Lincoln" à l'institut lumière, une séance de dédicace au palais du commerce,et une conférence sur sa carrière à la chapelle de la trinité (un magnifique endroit).

Cette rencontre à été l'occasion de revenir sur 20 ans de carrière, sur la construction de romans en romans d'une mosaïque cohérente avec quelques personnages récurrents, l'inspecteur Harry Bosh" en premier lieu, mais aussi le journaliste Jack McEvoy et l'avocat Mickey Haller, mosaïque qui s'inscrit dans un seul lieu : Los Angeles

A la question pourquoi Harry Bosh est un accroc au jazz voici en substance sa réponse: le jazz est une musique pour solitaires, une musique de nuit, mon personnage devait réfléchir différemment avec le Jazz. Le père de l'auteur était fan de jazz, et un temps Michael s'était détourné de cette musique par contradiction, pour y revenir plus tard et accompagner Harry Bosh.

Michael Connelly en dédicace au palais de la bourse


Michael Connelly dans les rues de Lyon avec son garde du corps


Pour illustrer cette mosaïque cohérente voici La théorie de balle unique, que Harry Bosh confie à Rachel Walling agent du FBI dans "Lumière morte" en 2003 et que Rachel Walling raconte au journaliste Jack McEvoy dans l'épouvantail en 2010.

Extrait de "Lumière morte" 2003

"J'ai toujours cru à la théorie de la balle unique. On peut certes tomber amoureux et faire l'amour bien des fois, mais la balle avec son nom gravé dessus, on n'en a qu'une. Et quand on a la chance de la recevoir, jamais la blessure ne se referme.
Ce que je sais, c'est qu'elle a été ma balle à moi. Et qu'elle m'a transpercé de part en part. Il y avait eu d'autres femmes avant mais la blessure qu'elle m'avait laissé était toujours là. Et refusait de se refermer comme il faut. Elle saignait encore et je savais que c'était pour toujours. Il n'est pas de fin aux choses du cœur"

Extrait de "L'épouvantail" 2010
"...il me parlait de la "balle unique" tu sais ce que c'est toi?
- Quoi, celle qui a tué Kennedy ?
-Non, c'est de l'amour de ta vie que je te parle. Tout le monde a une seule et unique âme sœur. La balle unique. Et quand on a de la chance, cette âme sœur on la rencontre. Et quand c'est fait, quand on est frappé au cœur par cette balle, il n'y a plus personne qui compte. Quoi qu'il arrive...mort, divorce, infidélités, peu importe...personne n'arrive à la cheville de l'âme soeur. Voilà c'était ça la théorie de la balle unique"

Moi j'écouterais bien Erik Truffaz.

JaZZmarc

Aucun commentaire:

Publier un commentaire